La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Impact du mode de vie et des champs électromagnétiques sur l'apprentissage chez les enfants

Posté le 18/08/2017

Les neurosciences se développent très rapidement ainsi que la connaissance  au sujet du microbiome et son microbiote (flore intestinale). Il est maintenant possible d'établir des liens solides entre des troubles intestinaux et des troubles de l'apprentissage. aussi, il est démontré qu'un rapport de causalité existe entre l'alimentation et les troubles d'apprentissage ainsi qu'entre les CEM et le TDA/H.

Lire la suite »

Impact des ondes électromagnétiques sur la fertilité

Posté le 09/06/2017

Vingt-et-une (21) études sur vingt-sept (27) ont confirmé les effets négatifs qu'exercent les  radiofréquences de radiations électromagnétiques sur la fertilité masculine.

 C'est ce qu'une méta-analyse de Houston et al., publiée en décembre 2016 dans la revue scientifique Reproduction a pu révéler.  

Lire la suite »

L'impact des champs électromagnétiques sur le microbiote

Posté le 22/05/2017

La plupart des gens gardent leur téléphone portable dans leur poche ou à leur ceinture dans un étui, proche des intestins. Or le téléphone, même non utilisé, communique et recherche en permanence les antennes-relais les plus proches. Cela permet d’être localisé en cas d’appel. Ces émissions électromagnétiques pulsées de micro-ondes et de basses fréquences irradient ainsi de manière quasi permanente les intestins. Cette exposition répétée sur plusieurs semaines, mois et années n’est vraisemblablement pas sans conséquence. 

Lire la suite »

La sensibilité au gluten non coeliaque et coeliaque

Posté le 14/04/2017

La sensibilité au gluten coeliaque est une maladie chronique de l’intestin déclenchée par la consommation de gluten, un mélange de protéines contenues dans certaines céréales (blé, orge, seigle…). La maladie se manifeste principalement par des symptômes digestifs (diarrhée, douleurs, ballonnements…).

De leur côté, "les symptômes courants de la sensibilité au gluten non coeliaque comprennent des douleurs abdominales similaires à celles provoquées par le syndrome du côlon irritable, la fatigue, les maux de tête et la paresthésie (fourmillements dans les extrémités). Il se pourrait également qu’un sous-groupe de patients atteints de problèmes psychiatriques comme la schizophrénie soit touché par la sensibilité au gluten."(1)

Lire la suite »

Les 7 aliments anti-inflammatoires

Posté le 16/03/2017

L'inflammation est un processus normal de l'organisme qui survient lorsque le système immunitaire a à se défendre contre un intrus et lorsque le corps débute un processus de réparation des tissus après un traumatisme comme une blessure ouverte, une brûlure, une déchirure des tissus ou une fracture. Il s'accompagne de chaleur, de douleur, de rougeur, d'enflure et d'une perte de fonction. C'est lorsque l'inflammation est disproportionnée au problème d'origine et qu'elle devient chronique que cela compromet la santé. Certains aliments préviennent ce "débordement inflammatoire" et cette chronicité. Voyons voir le palmarès des sept meilleurs aliments anti-inflammatoires.

Lire la suite »

Les 5 aliments à éviter favorisant l'inflammation

Posté le 15/03/2017

Souvent, on entend parler des aliments anti-inflammatoires, mais rarement on aborde les aliments qui au contraire, favorisent l'inflammation.

Il y a les aliments comme les céréales contenant du gluten SABOTEK (voir plus loin), le sucre et les boissons sucrées, les huiles et gras frits, trans et hydrogénés et la viande cuite à température élevée et non biologique.

Ils seraient responsable de maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus, migraine, fibrose kystique, etc), de troubles neurologiques dont le TDAH, la dépression, l'autisme, l'Alzheimer, le Parkinson, la SeP, de maladies liées au système digestif, cardiovasculaire, cutané, etc...

Les produits laitiers aussi, car ils contiennent parfois une protéine mutée de vache appelée bêta-casomorphine-7 (BCM 7) qui serait responsable de maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 et plusieurs autres ainsi que l'autisme, le syndrome d'Asperger et la schizophrénie. Les produits laitiers feront l'objet d'un futur blogue pour comprendre plus en profondeur ce phénomène.

Lire la suite »

Les maladies inflammatoires

Posté le 13/03/2017

Elles peuvent être silencieuses pendant des années ou se manifester par de la douleur, de la chaleur, de la rougeur, de l'enflure et d'une perte de fonction. Elles peuvent de manifester partout dans le corps et être à différents stades d'évolution.

Elles peuvent attaquer les articulations (arthrites, arthrose, spondylarthrite, etc...), les intestins ( Crohn, colite ulcéreuse, celiaque), le cerveau (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques, migraine, etc...), le système cardiovasculaires par de nombreuses cardiopathies (infarctus, embolie pulmonaire AVC) par obstruction d'un caillot dans un vaisseau sanguin ou tout autre partie de l'organisme (asthme, eczéma et maladies auto-immunes (arthrite rhumatoïde, lupus, diabète, migraine, fibrose kystique, thyroïdite d'Hashimoto, syndrome sec, etc). 

Lire la suite »

Les 12 salopards (Dirty dozen) et les 14 "propres"

Posté le 27/02/2017

Les pesticides posent un grave problème de santé publique, ce qui est minimisé à l'heure actuelle. Le glyphosate qui est une des composantes du RoundUp de Monsanto. Le glyphosate est l'herbicide dont la production est la plus importante en volume dans le monde. Les ventes ont explosé depuis l'introduction de cultures génétiquement modifiées pour résister au glyphosate (RoundUp), ce qui permet aux agriculteurs du tuer les mauvaises herbes en arrosant un champ en une seule fois. Même si c'est le pire et le plus répandu des pesticides, il ne représente qu'un des pesticides toujours employés même s'ils sont liés à un risque accru de cancers et de maladies neurologiques avec atteintes neuro-musculaires.

Le Malathion, le Diazinon, le Tetrachlorvinphos et le Parathion sont aussi classés comme potentiel cancérigène par l'IARC (International Agency for Research on Cancer). Le Paraquat augmente le risque pour développer un Parkinson de 2.5 et le Rotenone est également suspecté. En fait, 11 des 26 pesticides testés ont inhibé une enzyme responsable de l'accumulation d'un métabolite de la dopamine qui serait responsable de la mort de neurones dopaminergiques dans le striatum, une partie du cerveau particulièrement affectée chez les parkinsoniens. (1)

Manger biologique est la solution et particulièrement pour les 12 salopards suivants, qui sont abondamment arrosés de pesticides (parfois 50 pesticides différents pour un seul aliment...

 

Lire la suite »

Les maladies inflammatoires et l'alimentation hypotoxique et anti-inflammatoire

Posté le 23/02/2017

Les dernières recherches confirment ce que les naturopathes affirment depuis le début de la naturopathie; la maladie commence dans l'intestin. En effet, la recherche sur le microbiote et sur la paroi intestinale affirme hors de tout doute qu'un intestin poreux et un microbiote en déséquilibre sont à l'origine d'une kyrielle de maladies inflammatoires. L'alimentation hypotoxique s'est fait connaître par la microbiologiste et immunologue à la retraite, Dre Jacqueline Lagacé, PhD. 

Lire la suite »

Prévenir la maladie de Parkinson

Posté le 08/02/2017

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique touchant environ 1 à 2 % de la population âgée de plus de 50 ans, dus à la dégénérescence des cellules nerveuses d’une zone, située à l’intérieur du cerveau : le locus niger, et se caractérisant, entre autres, par un tremblement, une lenteur des mouvements, et une raideur.

  • La démence avec corps de Lewy (en anglais dementia with Lewy's bodies), est une variété de démence de type dégénératif, qui se caractérise par l'association de perturbations des fonctions cognitives (perte des facultés intellectuelles d'acquisition et de connaissances), associées à des hallucinations visuelles apparaissant de manière récurrente sous la forme d'épisodes récidivants. A cela s'ajoute un syndrome parkinsonien.
  • Cette atteinte du locus niger (noyau de substance grise du cerveau: nigrostrié) entraîne une insuffisance de sécrétion de dopamine (neuromédiateur) intervenant dans la régulation des mouvements.  
     
    "Les diabétiques ont 40% plus de risque de développer le Parkinson."
     
    Plusieurs recherches sont effectuées pour déterminer les causes du Parkinson, recherches qui nous mènent souvent aux intestins...
Lire la suite »

Les mercredis à

Les lundis et vendredis à Naturamed

Partager via un média social