La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Les trois niveaux pour s'alimenter

Posté le 31/10/2017

Voici un court texte de Marc David au sujet des trois niveaux ou manières de s'alimenter. Je suis d'accord entièrement avec cette approche et c'est pourquoi je vous laisse lire son texte traduit de l'anglais.

Depuis le début de mes études en naturopathie, et même avant,  en homéopathie, je ne pouvais adhérer au fait qu'une seule approche alimentaire soit la meilleure pour tous, tout le temps. Après avoir essayé sur mon corps le végétarisme (selon les règles de l'art), je constatai que ce n'était pas pour moi. Au début, j'étais choqué du fait que je ne pouvais suivre un mode alimentaire sensé meilleur autant pour soi que pour les animaux et la planète, mais je ne pouvais que constater que cela me rendait faible et plus souvent malade. Dans une approche clinique chez mes collègues et dans mon entourage, j'ai aussi pu observer qu'une alimentation qui est excellente pour une personne peut être très mauvaise pour une autre. Que cette alimentation pouvait ne plus convenir sur le long terme pour la même personne. J'ai alors commencé à méditer et pris conscience que le corps, par notre cerveau entérique (neurones de nos intestins) sait ce qui est bon pour nous.

Il y aurait plusieurs niveaux d'alimentation qui nous permettrait d'entrer différemment en relation avec la nourriture.

Voici ces trois niveaux selon Marc David:

 

" Il y a des années, en tant que nutritionniste en herbe, au début des années 1980, je suis devenu frustré et confus par l’argument sans fin de « cette alimentation est la meilleure ».

Les végétariens ont proclamé une meilleure santé et un plus grand le bonheur, les végétaliens ont déclaré que leur approche était encore plus poussée et offrait un plus grand épanouissement, les crudivores avaient des arguments très convaincants et des études de cas, le mouvement macrobiotique avait des médecins vantant ses avantages, tandis que les régimes de type Atkins ou autres vantaient les vertus de la viande avec des résultats convaincants.

Alors, qui a raison ? Eh bien, la réponse courte est : tout le monde.

C’est là que les trois niveaux de régime entrent en jeu. Il s’agit d’un système simple de classification qui permet de mettre différentes approches nutritionnelles dans un contexte clair et sensé. Les trois niveaux sont : thérapeutique, entretien et expérimentale. En distinguant chacune de ces catégories, nous pouvons obtenir des informations importantes sur les façons d’utiliser correctement ses approches nutritionnelles particulières, à quoi s’attendre raisonnablement avec, et la façon de gérer la confusion et la déception qui se pose souvent quand un régime ne parvient pas à répondre à nos attentes. Et enfin, nous pouvons consciemment choisir le niveau d’alimentation sur lequel nous aimerions travailler, et donc avoir un impact nutritionnel plus efficace sur le corps. Nous allons définir les trois niveaux de sorte que vous puissiez voir ce que je veux dire.

Un régime thérapeutique :

C’est une façon de manger qui est spécifiquement conçue pour traiter ou guérir une maladie ou un symptôme médical. Des exemples sont des régimes pour abaisser le taux de cholestérol ou la tension artérielle, les régimes pour traiter ou réguler le diabète, les régimes alimentaires pour la goutte, pour les victimes de la maladie cœliaque, les régimes alimentaires pour les personnes souffrant d’allergies alimentaires très spécifiques, et une longue liste de régimes populaires pour une foule de maladies. Les régimes thérapeutiques permettent souvent de soulager les symptômes, parfois même d’entraîner une guérison spectaculaire, et sont largement utilisés dans les deux sciences traditionnelles et alternatives concernant la santé et la guérison.

Bien que les régimes thérapeutiques puissent être efficaces pour guérir, traiter ou gérer une maladie, cela ne signifie pas qu’ils vont perdurer quotidiennement une fois le corps guéri. Souvent, un régime fournit des bénéfices thérapeutiques sur une période de temps spécifique et perd de son efficacité lorsque les limites naturelles de ses pouvoirs de guérison sont atteintes.

Les gens deviennent souvent confus en ce moment parce qu’ils ont vu les pouvoirs de guérison de l’alimentation, mais témoignent de sa perte d’efficacité. Ils ne parviennent pas à reconnaître que comme tout médicament, une alimentation thérapeutique est une intervention médicale spécifique utilisée pour la durée d’une maladie. Vous ne voulez pas continuer à prendre un analgésique une fois la douleur partie.

Le jeûne ou les cures de désintoxication peuvent avoir certains avantages incroyables pour la santé, mais si vous jeûnez plusieurs semaines, vous allez vite disparaître dans un autre monde. La ligne de fond est que certains régimes sont parfaits pour des fins thérapeutiques, mais cela peut souvent signifier « pour une période de temps limité ». Une fois qu’un régime thérapeutique a fait son travail, il est sage de passer à un régime d’entretien.

Un régime d’entretien :

Ce type d’alimentation peut nous soutenir sur le long terme. C’est le régime basique utilisé dans la vie quotidienne, celui qui est censé nous maintenir en forme. Dans ce régime alimentaire, les aliments sont choisis pour leur capacité à nous nourrir pendant de longues périodes de temps, et sans effets nocifs. Un régime d’entretien pourrait changer au fil du temps que le corps change, ou nos changements de mode de vie, ou même changer nos croyances.

Certaines cultures y inclure le riz comme aliment de base, certaines le poisson, d’autre l’huile d’olive, les salades, les viandes, les produits laitiers, le pain, les aliments fermentés, du vin, des pâtes…Je pense que vous voyez ce que je veux dire. Bien sûr, comme nous nous devons de rester attentifs à la pyramide alimentaire, on peut découvrir que ce qui était bon autrefois l’est moins aujourd’hui. Beaucoup de gens, par exemple, se renseignent sur les allergies alimentaires ou les allergies au blé ou les produits laitiers. L’essentiel pour un régime d’entretien, c’est qu’il est censé nous donner la stabilité nutritionnelle à long terme, tandis que dans le même temps, il est sage de vérifier constamment avec la sagesse et l’analyse du corps que les aliments que nous ingurgitons maintiennent notre métabolisme dans le bon sens.

Un régime expérimental :

Il utilise la nourriture comme un outil évolutif, une façon de jouer avec les possibilités de ce qu’un régime particulier peut apporter au corps. Sur un régime expérimental, nous sommes les scientifiques de notre propre physiologie, posant des questions comme : «Que se passerait-il si je mangeais ces aliments particuliers ? Comment auraient-ils une incidence sur mon corps, ma santé, mes niveaux d’énergie, ma production de travail et ma capacité de penser ?». Tous les aliments qui ont des effets non prouvés ou que nous n’avons jamais utilisés avant présentent une occasion d’explorer l’inconnu, d’apporter à notre alimentation un sentiment de nouveauté et de découverte.

Prendre des suppléments de vitamines, par exemple, peut être considéré comme une façon d’utiliser l’alimentation à des fins expérimentales. La preuve existe des effets thérapeutiques des vitamines et minéraux, cependant l’utilisation de pilules de vitamines à des fins de maintenance est un phénomène relativement récent dans l’histoire humaine et largement expérimentale. En prenant des pilules de vitamines, acides aminés purs ou d’autres suppléments non traditionnels nous participons activement à l’évolution humaine.

Pour beaucoup de gens qui deviennent végétalien, ou qui choisissent un régime Paléo, nous pouvons considérer ces stratégies de régime comme expérimentales. En effet, les adeptes des régimes paléolithiques vous diront que ce régime alimentaire a existé pendant des milliers d’années, mais l’adopter dans notre civilisation, avec notre environnement et les aliments que l’on a aujourd’hui, reste de l’expérimentation.

«Essayons ce régime que je n’ai jamais essayé, utilisons le pendant un certain temps, et voyons ce qui se passe.»

 

Tout aliment qui est nouveau pour votre corps est votre propre expérience de nutrition. Vu sous cet angle, nous ne pouvons utiliser l’argument « mon régime est meilleur que le tien », ou « j’ai la preuve scientifique de pourquoi mon régime alimentaire est le bon » – et nous ne pouvons tout simplement procéder qu’en tant qu’explorateurs enthousiastes de notre propre potentiel génétique.

En effet, lorsque les experts se disputent au sujet du bien-fondé de leur approche nutritionnelle, ce qui se produit souvent, c’est que leurs fils se sont croisés quand il s’agit des 3 niveaux de régime. Un expert peut avoir la preuve bien fondée de l’utilité thérapeutique de tel régime alimentaire, mais ils concluent à tort que le même régime alimentaire a une valeur d’entretien à long terme. Par exemple, suivre un régime faible en gras peut avoir un effet de perte de poids profonde et un impact positif sur le taux de cholestérol et la pression artérielle, mais garder le même régime alimentaire faible en gras pour une année et vous pourriez finir par voir des signes très intenses de carences, de fatigue, constipation, peau sèche, l’humeur dépressive, etc.

Ma suggestion alors : commencer à remarquer comment certains régimes ou des stratégies nutritionnelles tombent inévitablement dans l’un des trois niveaux de régime. Pouvez-vous voir comment les trois niveaux peuvent être un outil nutritionnel utile ? Maintenant, prendre connaissance de votre propre régime. Lequel des 3 niveaux serait-il intéressant dans mon cas ? Et considérez que la vie elle-même est une belle et longue expérience dans l’alimentation et la nutrition. " (Marc David, psychologue de la nutrition et nutritionniste)

Nous sommes notre propre laboratoire d'expérimentation. Suivons la sagesse de notre cerveau entérique pour nous dire ce qui est bon pour nous plutôt que de nous laisser guider par des principes extérieurs à nous.

L'alimentation n'est pas une religion, c'est un acte hautement spirituel qui nous relie à la Terre et ses produits.  Nous nous nourrissons non seulement des nutriments de nos aliments, mais aussi de sa qualité et de son énergie. Nous pouvons aller chercher davantage d'un aliment par la pleine conscience et la gratitude envers ce qui nous nourrit. Et vous, qu'en pensez-vous?

______________

http://psychologyofeating.com/

The Slow-down diet; eating for Pleasure, Energy & Weight loss. Marc David. Healing Arts Press. 2005.

Les mercredis à

Les lundis et vendredis à Naturamed

Partager via un média social