La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Notre santé commence par le ventre

Posté le 23/04/2018

Notre immunité, notre capacité à absorber et à créer des vitamines et même à moduler l’expression de nos gènes est directement en lien avec la santé de votre microbiote.

Le microbiote est nourri par ce qu’on lui donne au quotidien : une alimentation riche en protéines, en glucides et en gras nourrit certains types de bactéries (firmicutes) tandis qu’une alimentation riche en fibre incluant les légumineuses et les légumes nourrit d’autres types de bactéries (bacteroidetes)[1]. Pas assez de bactéries de cette famille et trop des firmicutes sont associées à l’obésité.

Dans une approche naturopathique classique, nous recherchons les causes en évaluant le terrain biologique plutôt que de juste soulager les symptômes. Pour le microbiote, deux des composantes essentielles de ce terrain sont le pH et la présence ou non d’oxygène. Les bactéries présentes dans nos intestins peuvent se développer ou non selon un terrain particulier. Sachant cela, on peut rectifier le terrain pour favoriser un équilibre des microorganismes présents dans nos intestins : levures à candida, bactéries et même parasites.

Le microbiote est aussi fortement influencé par nos émotions et nos modes de survie instinctive. Nos comportements alimentaires sont conditionnés par notre cerveau entérique, instinctuel et notre centre des émotions situé dans le cerveau limbique ou diencéphale. Ce conditionnement dépend de ce que nos parents nous ont transmis par leur cuisine ainsi que nos traumatismes tout au long de notre vie.

Un changement de régime alimentaire de même qu’un changement du rapport à la nourriture sont fondamentaux pour un retour vers l’équilibre du microbiote. Nous entretenons tous un lien envers les aliments selon notre conditionnement alimentaire. Il a été démontré par une recherche qu’on peut absorber jusqu’à 40% plus de nutriments[2] uniquement en étant dans le plaisir de prendre le temps de goûter à nos aliments. En étant en pleine conscience alimentaire[3], nous sécrétons naturellement plus d’enzymes qui vont digérer davantage nos aliments, permettant ainsi à leurs nutriments de mieux être absorbé au niveau intestinal. Les enzymes sont essentielles à notre digestion. En guise d’apéritif, les plantes amères contribuent à la sécrétion de ces enzymes de même que la prise d’enzymes digestives selon le besoin spécifique (protéines, glucides/sucres, gras, fibres).

Si on souffre de douleurs abdominales, de gaz, de ballonnements, de constipation et/ou de diarrhée, cela signifie que le microbiote est en déséquilibre. Trop de fermentation est due à la mauvaise digestion des glucides ou sucres et trop de putréfaction est causée par la mauvaise digestion des protéines. On peut soutenir le microbiote par des prébiotiques, des probiotiques ou mieux des symbiotiques. Les prébiotiques sont des fibres qui nourrissent les bactéries intestinales, ce qui favorise leur croissance. Selon leur souche et leur quantité, les probiotiques ont des effets spécifiques à court terme suite de maladies ou d’antibiotique. Enfin, les symbiotiques vont pouvoir soutenir la croissance exponentielle pour favoriser un équilibre du microbiote sur le long terme. On les retrouve dans la gamme Living Alchemy sous le nom de Votre Flore. Ils se déclinent en six produits qui correspondent à des besoins particuliers : Votre flore régénérant pour soutenir le foie et les intestins paresseux, Votre flore sensible pour une muqueuse irritée combinée à un système nerveux suractivé, Votre flore confort qui réduit les gaz et les ballonnements, Votre flore apaisant qui a une action anti-inflammatoire gastro-intestinale et pour un faible « feu digestif » qui implique moins de sécrétion d’acide chlorhydrique. Votre flore terrain pour soutenir la réparation de la muqueuse intestinale et enfin Votre flore famille pour un usage général y compris pour les jeunes enfants et les femmes enceintes.

Je vous invite à prendre votre santé en main en prenant soin de votre terrain au-delà des symptômes afin d’en traiter les causes.

Bonne démarche de santé.

 

Jean-Pierre Deschênes, ND.A.

Conseils santé, consultation privée et conférences grand public chez Avril

____

Références :

1: Selhub, EM., Logan, AC., Bested, AC. 2014. ‘Fermented foods, microbiota and mental health: ancient practice meets nutritional psychiatry.’ Journal of Physiological Anthropology, 33(1), pp.1-12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3904694/pdf/1880-6805-33-2.pdf

 

2: Chend, IC., Shang, H-F., Lin, T-F. et al. 2015. ‘Effect of fermented soy milk on the intestinal bacterial ecosystem’. World Journal of Gastroenterology, 11(8), pp.1225-1227 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4250719/pdf/WJG-11-1225.pdf

 

3: Inoguchi, S., Ohashi, Y,. Narai-Kanayama, A. et al. ‘Effects of non-fermented and fermented soybean milk intake on faecal microbiota and faecal metabolites in humans.’ International Journal of Food Sciences and Nutrition, 63(4), pp.402-410. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.3109/09637486.2011.630992?journalCode=iijf20

 

4: Rao, RK., and Samak, G. 2012. ‘Role of Glutamine in protection of intestinal epithelial tight junctions.’ Journal of Epithelial Biology and Pharmacology, 5( 1 M-7), pp. 47-54. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4369670/pdf/nihms495028.pdf

 

5: Canani, RB., Di Costanzo, M., Leone, L. et al. 2011. ‘Potential beneficial effects of butyrate in intestinal and extraintestinal diseases.’ World Journal of Gastroenterology, 17(12), pp.1519-1528. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3070119/?report=reader

 

6: Wachtershauser, A. and Stein. J. 2000. ‘Rationale for the luminal provision of butyrate in intestinal diseases.’ European Journal of Nutrition, 39(4), pp.164-171. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11079736

 

7: Joo, Y-E. 2014. ‘Natural product-derived drugs for the treatment of inflammatory bowel disease’. Intestinal Research, 12(2), pp.103-109. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4204705/#__ffn_sectitle

8: Ng, SC., Lam, YT., Tsoi, KK. et al. ‘Systematic review: the efficacy of herbal therapy in inflammatory bowel disease.’ Alimentary Pharmacology and Therapeutics, 38(8), pp.854-863. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/apt.12464/full Hawrelak, JA., and Myers, SP. 2010.

 

9: Hawrelak, JA., and Myers, SP. 2010. “Effects of two natural medicine formulations on irritable bowel syndrome symptoms: a pilot study.” Journal of Alternative and Complementary Medicine, 16(10), pp.1065-1071http://online.liebertpub.com/doi/abs/10.1089/acm.2009.0090


Réservez votre rendez-vous

Partager via un média social