La sensibilité au gluten non coeliaque et coeliaque

Posté le 14/04/2017

La sensibilité au gluten coeliaque est une maladie chronique de l’intestin déclenchée par la consommation de gluten, un mélange de protéines contenues dans certaines céréales (blé, orge, seigle…). La maladie se manifeste principalement par des symptômes digestifs (diarrhée, douleurs, ballonnements…).

De leur côté, "les symptômes courants de la sensibilité au gluten non coeliaque comprennent des douleurs abdominales similaires à celles provoquées par le syndrome du côlon irritable, la fatigue, les maux de tête et la paresthésie (fourmillements dans les extrémités). Il se pourrait également qu’un sous-groupe de patients atteints de problèmes psychiatriques comme la schizophrénie soit touché par la sensibilité au gluten."(1)

La maladie coeliaque diffère de la sensibilité au gluten non coeliaque par le fait qu'il y a une réaction d'anticorps IgE et de transglutaminase (tTG) contre la paroi intestinale et perte des villosités qui permettent une absorption des nutriments. Une dénutrition s'en suit en plus des problèmes liés à l'inflammation intestinale.

Dans la sensibilité au gluten non coeliaque, "les recherches soulèvent l’implication potentielle de plusieurs mécanismes comme la réaction immunitaire (non auto-immune), une flore intestinale perturbée et une perméabilité intestinale accrue." (2)

"D’après un article paru dans Nutrients, la gliadine du gluten augmente la perméabilité intestinale chez tous les individus, qu’ils soient intolérants au gluten ou pas. La perméabilité intestinale est un facteur-clé dans le déclenchement des réactions inflammatoires et des maladies auto-immunes, car elle favorise le passage anormal dans l'organisme, depuis le tube digestif, de fragments de protéines ou antigènes qui pourront déclencher une réponse du système immunitaire." (3)

La gliadine se retrouve dans le gluten provenant du blé et ses variantes (Korasan/Kamut et épeautre), de l'orge, du seigle, du triticale. Selon la Fondation québécoise de la maladie coeliaque, la prévalence estimé est de 3 à 6 % de la population mais elle serait mal évaluée par l'autodiagnostic (N.D.L.R.: ou le mauvais diagnostic médical). Les auteurs comme Jacqueline Lagacé suggèrent plutôt une prévalence de 10% de la population.

Pour certains, le sans gluten n'est qu'une mode qui est assimilée à un régime comme celui de Montignac. Il banaliserait la vraie allergie soit la maladie coeliaque et les autres qui nécessitent une attention particulière des fournisseurs alimentaires (étiquetage juste) et des restaurateurs.  Il est vrai qu'à prime abord, un autodiagnostic de la personne se plaignant de maux de ventre ou autres symptômes qui disparaissent à l'arrêt complet du gluten peut semblé une hérésie aux yeux des allergologues et de la sacro-sainte science médicale...

Contrairement à ce que certaines journalistes écrivent, des études ont été faites qui établissent un lien entre la consommation de gluten et certaines maladies auto-immunes, de TSA (autisme(4) et son spectre, qui est très large), perte de mémoire et dépression(5). Le régime ou plutôt le mode alimentaire hypotoxique de madame Lagacé ont permis à 2500 patients du Dr Seignalet, ayant 91 maladies inflammatoires de répondre positivement à son régime chez 80 % d'entre eux, cela vaut le coût d’essayer, car il n'y a rien à perdre à cesser le gluten.

Il s'agit cependant de bien s'assurer de trouver des aliments substituts qui sont hyper nutritifs et rassasiants, de le faire totalement (pas de traces de gluten dans les aliments préparés et pour une période de 3 mois minimum. Une consultation chez votre naturopathe agréé vous permettra d'être guidé et accompagné dans votre démarche afin d'en apprécier pleinement l'effet sur votre santé.

 

Au plaisir de la santé!

______

(1) http://www.celiac.ca/?page_id=1339&lang=fr

(2) https://www.fqmc.org/maladies/sensibilite-au-gluten-non-coeliaque

(3) https://www.lanutrition.fr/les-news/seignalet-avait-raison-le-gluten-augmente-la-permeabilite-intestinale-chez-tout-le-monde

(4) Penessi. Klein. 2012. Effectiveness of the gluten-free, casein-free diet for children diagnosed with autism spectrum disorder: based on parental report. (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22564339)

(5) Yelland. 2017. Gluten-induced cognitive impairment ("brain fog") in celiac disease. (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28244662)

Les jeudis à

Les mercredis et vendredis à Naturamed

Partager via un média social