Manque de concentration et trouble déficitaire d’attention

 

Tout le monde peut oublier de temps en temps où sont ses clés, son portefeuille ou ses lunettes. Cela ne veut pas dire pour autant que l’on souffre d’Alzheimer ou de déficit d’attention! C’est plutôt un manque de présence et de pleine conscience au moment, du geste qu’on a fait pour placer ses clés dans un endroit plutôt qu’un autre! Très souvent, ce désagrément est causé par un stress, de la fatigue accumulée et/ou une forte émotion. Un manque de vitamines du groupe B, de magnésium, de zinc, de fer, de phospholipides avec choline ou d’acide gras essentiels peut aussi être en cause.

 

Cependant, quand on parle d’un manque d’attention sévère et qui peut s’accompagner ou non d’hyperactivité, ce n’est pas la même chose. On peut avoir besoin des nutriments mentionnés plus haut en plus de considérer l’élimination de plusieurs sources qui contribuent au trouble déficitaire d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) .

 

Un enfant (ou un adulte) souffrant du déficit d’attention a comme une tempête perpétuelle dans sa tête. Il ne peut se stabiliser. Des images et d’autres stimuli peuvent défiler rapidement et perpétuellement comme des postes de télévision qu’on « zappe » avec une télécommande. Il soufre d’inattention, d’impulsivité et parfois d’hyperactivité. Il ne peut garder plus de 5 minutes l’attention sur un même objet qui l’ennuie. Les adultes sont aussi concernés par le TDA/H.

 

Un enfant carencé en nutriments ou exposé à des produits toxiques durant la grossesse (tabac, alcool et drogues) est plus susceptible de manifester un déficit d’attention. Il peut aussi avoir été sous antibiotiques et souffrir d’infections à champignon, développer une parasitose ou avoir une intoxication aux métaux lourds (surtout au plomb, aluminium, cuivre, arsenic ou mercure).

 

L’hypoglycémie et les intolérances alimentaires peuvent augmenter les symptômes dans bien des cas de TDA/H. Disons d’emblée que le petit-déjeuner avec protéines et avec glucides à index glycémique moyen ou bas[1] est fondamental afin de stabiliser la glycémie et d’avoir une meilleure attention et concentration.

 

Les additifs sont aussi à éviter de même que les édulcorants artificiels, particulièrement l’aspartame et l’acésulfame-K.[2] Le régime Feingold est recommandé depuis déjà plus de 40 ans avec succès pour différents problèmes d’apprentissage, dont le déficit d’attention[3].

Le principe de précaution prévaut. Si vous ne savez pas quels sont les additifs d’un produit préparé ou vous doutez de son effet sur la santé, ne l’achetez pas. Les pesticides, insecticides et fongicides sont aussi à éviter. Il est donc fortement recommandé de manger biologique!

 

L’hyperactivité serait aussi liée au manque d’ensoleillement et à l’excès de lumière bleue des écrans.[4] Il est de plus en plus fréquent de voir un enfant passer de longues heures devant un écran et sous des lumières qui ne permettent pas de diffuser le plein spectre de la lumière du soleil. Ces deux facteurs affectent négativement l’attention et la concentration.

 

De leur côté, les médicaments prescrits pour le TDA/H, autant les amphétamines (Aderall) que le méthylphénidate (Ritalin, Concerta…) causeraient des problèmes de sommeil selon une méta-analyse sérieuse publiée en novembre 2015.[5] Il est facile de constater d’un manque de sommeil aggrave un manque d’attention et de concentration…

 

Enfin, il est important d’exclure la possibilité d’hypersensibilités alimentaires en faisant des tests d’IgG et IgE ou par exclusion totale d’un aliment puis sa réintroduction après trois semaines.

 

Rappelons que les adultes peuvent aussi souffrir d’un trouble déficitaire d’attention.

« La majorité des gens vivent des périodes de déficit de l’attention de temps à autre, mais ce qui distingue une personne atteinte du TDA/H d’une personne qui ne l’est pas, c’est le nombre de symptômes qu’elle ressent, et jusqu’à quel point ceux-ci affectent négativement plusieurs facettes de sa vie. Le TDA/H peut avoir des effets très néfastes sur la qualité de vie de l’adulte qui en souffre.[6] »

 

Prenons donc soin de ces aspects souvent négligés de la santé pour favoriser le plein potentiel d’apprentissage de nos enfants et des adultes en commençant par bien nourrir nos cellules de bons gras, de phospholipides avec choline et d’antioxydants qui protègent ces bons gras.

 

À votre santé !

 

Jean-Pierre Deschênes, ND.A.

Naturopathe agréé

Formateur en santé naturelle

 

 

Références :

 

Geographic variation in the prevalence of attention-deficit/hyperactivity disorder: the sunny perspective.

Arns M1, van der Heijden KB, Arnold LE, Kenemans JL. Biol Psychiatry. 2013 Oct 15;74(8):585-90. doi: 10.1016/j.biopsych.2013.02.010. Epub 2013 Mar 21. PMID:  23523340

Stimulant Medications and Sleep for Youth With ADHD: A Meta-analysis

Katherine M. Kidwell, Tori R. Van Dyk, Alyssa Lundahl, Timothy D. Nelson. Pediatrics.

2015 Dec;136(6):1144-53. doi: 10.1542/peds.2015-1708. PMID: 26598454

 

Artificial food dyes and attentiondeficithyperactivitydisorder.

Kanarek RB1. Nutr Rev. 2011 Jul;69(7):385-91. doi: 10.1111/j.1753-4887.2011.00385.x. Epub 2011 Jun 30. PMID: 21729092

 

The diet factor in attention-deficit/hyperactivity disorder.

Millichap JG, Yee MM. Pediatrics. 2012 Feb;129(2):330-7. doi: 10.1542/peds.2011-2199. Epub 2012 Jan 9. PMID: 22232312

 


[1] Voir le site suivant : http://www.montignac.com/fr/ig_tableau.php

[2] Voir le site suivant : http://curezone.com/foods/enumbers.asp

[3] http://feingold.org/about-the-program/symptoms/

[4] http://www.psychomedia.qc.ca/hyperactivite/2013-03-27/ensoleillement-lumiere-bleue-des-ecrans

[5] http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2015-11-24/tdah-medicaments-sommeil

[6] http://www.tdahadulte.com/deficit-d-attention-adulte/symptomes-tdah-adulte/

Les jeudis à

Les mercredis et vendredis à Naturamed

Partager via un média social